Réflexion sur l’éducation au Nouveau-Brunswick

Note: Another post in French. I’m taking French lessons again, and I find that trying to write my thoughts in French is a great way to practice. You should give it a try! Following on from my previous “Thoughts on assimilation in New Brunswick“, here’s one on thoughts on education in New Brunswick. If you don’t read French you might find it fun to see how much you can pick out.🙂

L’éducation est toujours un sujet d’intérêt au Nouveau-Brunswick. Il y a toujours beaucoup de préoccupations. Les pauvres résultats des étudiants et des étudiantes sur les examens internationaux sont une préoccupation. Le nombre d’étudiants et d’étudiantes qui reçoivent leurs diplômes mais ne peuvent pas lire ou écrire sont une grave préoccupation. Le nombre d’étudiants et d’étudiantes qui ne peuvent pas fonctionner dans l’autre langue officielle, particulièrement des étudiants anglophones, sont une préoccupation.

SchoolBus_ENNos gouvernements parlent du besoin d’une main-d’œuvre bien instruite depuis longtemps. Mais leurs politiques éducatives ne réfléchissent pas bien ce but. Aussi, leurs politiques semblent toujours mettre les attentes pour nos étudiants trop basses. Ils ont senti le besoin d’exposer les étudiants à la technologie sans se rappeler l’importance d’une base solide dans l’alphabétisation et les mathématiques pour utiliser la technologie efficacement. Ils ont décidé d’éliminer les cours dans la charpenterie et le travail industriel parce qu’ils ont pensé que dans la nouvelle économie du savoir tout le monde utiliserait des ordinateurs seulement. Peu importe que nous ayons toujours besoin des gens pour travailler dans les métiers – et que ces cours soient ceux qui ont motivé beaucoup de jeunes hommes à rester à l’école. Ils ont éliminé l’immersion française précoce dans la seule province bilingue pendant que toutes les autres provinces (sauf le Québec) développaient les programmes d’immersion très populaire. Ils ont mis en place le programme d’inclusion sans assez de ressources. Nos gouvernements ont de bonnes intentions, mais les décisions prises par plusieurs gouvernements passés ont laissé tomber trop de nos jeunes. Et en abandonnant de nos jeunes, nous mettons en danger notre économie et le bien-être de notre province.

SchoolBus_FRPourquoi est-ce que l’éducation publique a été une des premières choses à être établies en Amérique du Nord ? Parce que l’importance d’une main-d’œuvre instruite a été comprise depuis le début de la révolution industrielle. Cette raison n’a pas changé. Maintenant plus que jamais il est critique que nos gens puissent lire, écrire, comprendre des mathématiques, savoir bien réfléchir aux problèmes tout seul, bien communiquer (préférablement dans les deux langues) et être à l’aise avec la technologie. Beaucoup de choses, mais ces compétences sont nécessaires pour chaque travail dans le monde d’aujourd’hui, que ce soit dans les métiers, dans la technologie de l’information, dans la fabrication, ou dans « les professions ».

Qu’est-ce qu’on peut faire différemment ? Tout d’abord, au Nouveau-Brunswick nous avons une population où beaucoup de familles sont fonctionnellement illettrées. À moins que l’on ne fournisse aux enfants dans ces familles avec l’éducation préscolaire, ils continueront tous à entrer à l’école avec un désavantage. Je pense que nous sommes d’accord que nos enfants soient nos ressources les plus précieuses. Mais il me semble que nous rendons à nos étudiants mal préparés un mauvais service en leur décernant un diplôme indépendamment de leurs résultats, plutôt que de s’assurer qu’ils sont préparés dès le commencement. Cette situation apporte plus de défis pour les enseignants, qui ne peuvent pas faire le progrès avec leurs élèves qu’ils devraient pouvoir faire. Tout le monde y perd : les enseignants, les étudiants bien préparés, et les étudiants mal prepares.

Il y a beaucoup d’intérêt dans le succès de l’éducation en Estonie et en Finlande, et aussi dans leur réussite en innovation dans leurs entreprises. Une de leurs méthodes est d’intégrer les technologies dans tous les aspects d’expériences pédagogiques. Cette approche a attiré l’attention d’un groupe en Nouveau-Brunswick, qui a introduit un projet pilote qui promet dans plusieurs écoles; il s’appelle Brilliant Labs. Mais, en analysant les résultats du Brilliant Labs au Nouveau-Brunswick, on ne doit pas oublier le fait que la base de l’éducation en Estonie et en Finlande est un programme fort de l’éducation préscolaire. Leurs étudiants sont mieux préparés que beaucoup à nous. Nous avons besoin de programmes innovants comme des Brilliant Labs, mais présentés aux étudiants bien préparés pour apprendre.

Au Nouveau-Brunswick, il faut que nous changions – élevions – nos attentes concernant l’éducation. Nous devons avoir des programmes préscolaires accessibles pour assurer que tous les enfants sont préparés pendant leurs années scolaires. Et nous devons exiger des programmes de qualité et des enseignants de qualité pour tous nos étudiants, avec les ressources nécessaires pour aider les étudiants à réussir. Nos jeunes ont besoin du meilleur enseignent possible; ils le méritent et notre économie en a besoin.

This entry was posted in Practicing French and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

11 Responses to Réflexion sur l’éducation au Nouveau-Brunswick

  1. Bill Holland says:

    Hello , there . I am glad I do not have to compete with you in French as I cannot even speak proper English . I salute and congratulate you on your achievement , but they do not have a bilingual job for seniors

    Well done Jane

    Bill Holland

    _____

    • Jane Fritz says:

      Ha ha. Thanks, Bill, but, unlike you, I don’t understand a word of Dutch and your dear wife will tell you that my speaking ability in French requires a great deal of patience when you’re on the listening end! Stay tuned; I’m about to post my French homework about entrepreneurship.🙂

  2. jennypellett says:

    I’m by no means fluent in French, especially written, but I can follow a little and get the gist. Jane, I found what I could understand very interesting and agree whole heartedly that educating at primary level is so important to put the building blocks in place to move on when the children reach secondary education. We have so many pupils arriving aged eleven to start their secondary education without the necessary skills to read or write. Consequently we spend a great deal of time and resources teaching small groups of new intake just to get them up to the base level required.
    Apologies for not replying in French … and lovely to see you back blogging, by the way.

    • Jane Fritz says:

      Hi Jenny. It’s lovely to “see” you here. You got the gist all right. And for children who come from environments without reading and other learning stimulation at home or in good day care, they are at a disadvantage from day one. I love your apology for not replying in French. That’s allowed, especially from the UK! BTW, we did get to London in Oct when we ran in the Eoyal Parks Half Marathon. What an amazing experience.

  3. Sartenada says:

    Chouette! You could make Your posts in English and French! I make my posts in four languages, but I live in Finland where we have to learn many languages.🙂

    • Jane Fritz says:

      Thanks for stopping by, Sartenada. I’ll take a look at your blog, although I won’t do well with Finnish! You have a beautiful country; the countryside looks a lot like Canada. One of my concerns here is that it remains such a challenge for people to learn two languages when in Europe 3, 4 or even more are common.

  4. Francine Deslauriers Holland says:

    Pour rejoindre tes propos sur l’éducation préscolaire, selon moi, je crois qu’il est également important que les parents stimulent et encouragent leurs enfants à apprendre à un très jeune âge , spécialement dans les foyers où on a pas les moyens de les envoyer dans une bonne garderie, pour ainsi mieux les préparer à commencer l’école maternelle.

    Jane, c’est toujours si intéressant de te lire , que ce soit en anglais où en français …

    Francine

    • Jane Fritz says:

      Merci, mon amie. Je suis d’accord que la meilleure chose pour les petits enfants d’être dans un environnement stimulant au sein de leur famille. Malheureusement, une telle situation n’existe pas pour beaucoup d’enfants. Pour ces enfants il faut promouvoir des bonnes garderies. Et ce sont des enfants qui commencent la maternelle mal préparé. Dans trop de cas, ils ne rattrapent jamais. Quelle dommage.

  5. alesiablogs says:

    This has been fun for you!!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s